Homélies et prises de parole publiques : trente exercices pour se perfectionner – à l’usage des clercs et des laïcs pour mieux toucher les esprits et les cœurs

La préparation de la prédication est une tâche si importante qu’il convient d’y consacrer un temps prolongé d’étude, de prière, de réflexion et de créativité pastorale. Certains curés soutiennent souvent que cela n’est pas possible en raison de la multitude des tâches qu’ils doivent remplir ; cependant, j’ose demander que chaque semaine, un temps personnel et communautaire suffisamment prolongé soit consacré à cette tâche, même s’il faut donner moins de temps à d’autres engagements, même importants
Pape François, Evangelii Gaudium, n°145

Ce guide est destiné aux prédicateurs, prêtres, diacres et séminaristes, ainsi qu’aux laïcs missionnés pour l’accompagnement des funérailles ou les baptêmes, mariages, assemblées dominicales en absence de prêtres… Il aidera aussi les lecteurs liturgiques et tous les chrétiens appelés à témoigner en public. 

Les attentes sont immenses et nos charismes inégaux. La sainteté, la volonté de transmettre et les connaissances ne suffisent pas. Nos intonations et notre « non-verbal » peuvent aussi bien attirer au Christ et à l’Église qu’en éloigner. Or chacun peut progresser en s’exerçant avec une méthode et des conseils adaptés.

L’auteur propose trente exercices pour perfectionner sa communication orale. Objectif : gagner en facilité de préparation et en assurance, se donner les meilleures chances de toucher les intelligences et les cœurs, et amplifier chez les auditeurs l’envie d’écouter, de comprendre et de mémoriser.

http://www.editions-salvator.com/A-26618-homelies-et-prises-de-parole-publiques.-trente-exercices-pour-se-perfectionner.aspx

Durant 70 ans (promotion 53), j’ai assisté à l’effondrement ininterrompu de la foi catholique : division par 10 de la pratique, par 5 du nombre de prêtres diocésains, par 3 du taux de jeunes actifs adhérents au catholicisme, par 2 du taux de baptêmes… Simultanément j’ai vu monter chez des laïcs engagés, la stupeur puis la colère devant certains évêques et prêtres qui, le regard fixé sur « ce qui marche bien », refusent toute enquête et réflexion sur la part de responsabilité qu’ensemble nous portons. Les erreurs face aux abus sexuels ne sont qu’un symptôme de cette surdité. 
Laïcs et clercs, qu’avons-nous fait de l’Eglise et de l’enseignement du Christ ? Attendrons-nous que nos temples ne soient plus que ruines aux vents comme sur les terres de mission des premiers apôtres ?
On entend de plus en plus « le Christ, oui ; mais l’Eglise, non !», et rien ne change : ni les catéchismes si souvent négligés jusque dans les écoles catholiques, ni la formation des laïcs insuffisante un peu partout, ni la spiritualité trop souvent réduite à des manifestations pieuses que rien ne distingue de celles des autres religions, ni les homélies si fréquemment ennuyeuses, ni le regard méprisant de trop de clercs sur les laïcs proposant leur aide (de quoi se mêle-t-il celui-là !). 
Parce que les homélies nourrissantes remplissent les églises et que l’inverse est aussi vrai, depuis 13 ans, je me suis attaché à aider les prédicateurs qui en ont besoin à acquérir une communication orale compréhensible et attractive. Trop d’entre eux n’ont pas conscience de l’importance des attentes et ignorent les règles basiques d’une structuration qui transmet et d’une expression orale qui touche. 
Pour ceux qui répugnent à s’inscrire à un atelier, j’ai publié chez Salvator : « Homélies et Prises de Parole Publique – 30 Exercices pour se Perfectionner ». Ce guide a reçu l’imprimatur et est préfacé par Mgr Aupetit. Il permet à des prêtres isolés de s’entrainer avec des exercices dont l’efficacité fut éprouvée auprès d’un millier de prédicateurs au cours des ateliers. 900 exemplaires sont partis en 6 mois grâce au bouche-à oreille. Mais ce n’est qu’une goutte d’eau par rapport aux besoins.
Merci particulièrement à vous qui avez osé l’offrir à vos prêtres dans une attitude de respect, d’estime et d’encouragement chaleureux (en accord avec I Co, 13 et 12) : « Qui n’a besoin de se perfectionner et comment le faire si ce n’est en s’exerçant devant un complice et/ou la caméra pour juger de l’effet par soi-même ? »
Merci demain à tous ceux qui, au hasard des rencontres, en feront la promotion auprès de prêtres, diacres et séminaristes, notamment par l’intermédiaire de vos jeunes souvent plus écoutés que nos têtes grises. Et n’oubliez pas les prêtres éduqués ailleurs, pas toujours compréhensibles par nos oreilles, ni tous les laïcs qui ont à faire des exposés de foi ou à accompagner des célébrations : des exercices sont proposés à chacun.


En unité de prière et de mission.
Didier Mellière 
        

Laisser un commentaire