Le samedi, c'est la tournée des curés

Thierry Pasquet / Signatures pour La Vie

À Dinard, trois prêtres de la communauté de l’Emmanuel ont lancé « le café du curé », un rendez-vous hebdomadaire pour tous les habitants, au bistrot du coin.

Au-delà du bord de mer et de ses airs de carte postale se trouve le café Aux remparts. C’est dans ce bar-tabac, niché entre un petit supermarché et une cordonnerie, que quatre prêtres de la paroisse de Dinard (Ille-et-Vilaine) prennent place chaque samedi. Voilà deux ans qu’ils ont instauré ce rituel. Depuis septembre, ils ont troqué l’établissement qu’ils avaient investi initialement, en plein centre, près de l’église Notre-Dame, contre celui du quartier Saint-Alexandre.

En mission au comptoir

Pendant une bonne heure, ils se mêlent aux habitants de ce quartier populaire. « Ah ! Le voilà !, lance Michel à la vue du père Luc. Vous faites votre petit tour du samedi ? » En sept ans, le gérant du bistrot n’a pas eu souvent l’occasion de voir un prêtre à son comptoir. Et ce n’est pas pour lui déplaire que les hommes en col romain ont choisi son café pour affirmer leur élan missionnaire : à la paroisse de Dinard, on part à la rencontre des autres, là où ils sont, sans attendre de les voir venir. « Michel, mets un petit Kir au père ! » Accoudé au bar, Gilles, un consommateur, ne boude pas son plaisir, lui qui vit dans une grande solitude. Il se lance dans ses souvenirs d’enfant de choeur. Et toute la famille y passe : « À Saint-Malo, j’avais un cousin qui jouait de la batterie… » Voilà qui ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. « Nous aussi, on fait ça ! », lui rétorque le curé.

Construire une communauté chrétienne à partir des gens de l’extérieur.

Une simple porte à franchir

Bertrand du Rusquec, Gaël de Bouteiller et Luc Pialoux, prêtres de la communauté de l’Emmanuel, avec le père Gilbert Malang Biaye, venu du Sénégal, ont fort bien compris que la porte du bar est plus simple à franchir que celle du presbytère. Leur démarche s’inscrit dans une vision propre à la paroisse de Dinard : construire une communauté chrétienne à partir des gens de l’extérieur. Le curé reprend les paroles du pape François au Congrès ecclésial du diocèse de Rome, qui préfère s’aventurer hors de son église plutôt que de peigner inlassablement la même brebis qu’il voit quotidiennement à l’intérieur. « Sinon, on risque de devenir un club ! »

Des assemblées renouvelées

Le « café du curé », un maillon dans l’ensemble de la démarche paroissiale, porte ses fruits : une jeune femme rencontrée au détour d’un expresso il y a deux ans a vécu une vraie conversion. « Au début, ils reviennent à l’église en s’asseyant tout au fond, et puis peu à peu ils s’avancent. » Sans ce moment de partage tout simple au bistrot, ils n’auraient pas osé. « Nous construisons comme des petites marches pour amener à Jésus », explique Luc. Gaël, lui, s’est invité à la table d’un couple et désigne le ticket de course de chevaux sur la table : « Alors, vous avez gagné ? » La conversation s’engage et, petit à petit, les visages se détendent. L’occasion d’évoquer des difficultés personnelles et de trouver une oreille. 

« Il se passe de belles choses ici », lance une habituée venue acheter son journal. L’ambiance est parfois taquine, un client récitant la consécration en levant son verre, l’autre entonnant « Jésus, reviens parmi les tiens », mais aucune crispation à l’horizon. Avant de partir, les prêtres lancent quelques invitations pour le prochain « dimanche en paroisse », un rendez-vous mensuel d’accueil du plus grand nombre autour d’un concert et d’un déjeuner convivial : dimanche dernier, sur les 150 participants, 50 revenaient à l’église pour la première fois depuis bien longtemps.

À Savoir
Rencontres tous les samedis à 11 h, au café Aux remparts, 23 rue Ernest-Renan, Dinard (35).

Article La Vie – Publié le 11/12/2019 – Sophie Le Noën

Laisser un commentaire